ICEA cherche un banquier honnête

Nous le savons, par les temps qui courent, c’est très difficile à trouver, mais il y a encore des personnes honnêtes et d’autres qui peuvent changer de comportement dans un cas particulier, même si dans un autre, elles continuent à obéir docilement à leurs supérieurs, sans remettre en question ce qui est injuste.

Comme la Caisse d’Épargne nous a rejetés, a clôturé notre compte, nous sommes bien obligés de chercher ailleurs. Pour l’instant, nous utilisons un compte privé comme compte d’association, nous en avons retiré tout ce qui n’était pas à l’association, mais qui appartenait à la présidente, puisque c’est son ancien compte courant. Et cela continuera sans doute un bout de temps ainsi, car nous sommes exigeants.

Nous n’allons pas prendre n’importe qui comme banquier. Nous voulons pouvoir lui parler à hauteur d’homme, d’égal à égal en tant qu’être humain vrai et authentique, qui aime le juste et le beau, ne ment pas de façon éhontée comme la plupart des personnes de nos jours, et qui connaît les deux paradigmes en place dans le monde:
– l’ancien qui ne devrait plus être utilisé, mais auquel tant de personnes sont attachées car elles ne connaissent rien d’autre et parce qu’elles ont peur des nouveautés.
– l’autre qui est en place depuis le 25 décembre 2012, qui nous a libérés de l’esclavagisme des banques, des multinationales et des gouvernements aux mains des multinationales; ceux qui ne s’informent pas seront perdants d’une façon ou d’une autre. (https://soniajfath.com/2016/07/17/f01-regarder-la-realite-en-face/)

Une association ne peut fonctionner sans l’argent des autres, des particuliers qui ont des salaires et des entreprises qui font des bénéfices. Si l’association ne reçoit pas de dons, elle ne peut évoluer. C’est totalement injuste, mais nous ne baisserons pas les bras. Si vous souhaitez nous aider en faisant un don, venez nous en parler, nos coordonnées figurent dans les mentions légales.

Et tant qu’une majorité de personnes n’aura pas encore basculé vers le nouveau paradigme, nous serons dépendants du bon vouloir des concitoyens. Mais ils sont bien trop souvent de mauvaise volonté, tellement que j’éprouve souvent un profond dégoût envers eux.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.