Le A de ICEA s’ouvre à l’Asie

Lorsqu’il fallait choisir le nom de notre association I.C.E.A., le A pouvait signifier, Afrique, Amérique ou Asie. Et quand on me reprochait de ne me concentrer que sur l’Afrique, je répondais que je ne pouvais pas m’occuper de tout et que de toute Le A s'ouvre à l'Asiemanière, sur l’échelle du respect des cultures et de la place des gens dans le cœur des Hommes, l’Afrique est au plus bas. Mettre sa vie au service de l’Afrique, c’était donc aussi la mettre au service de tous les exclus de toutes les parties du monde. N’est-ce pas le prophète Jésus qui a dit “ce que vous faites au plus petit d’entre nous, vous le faites pour tous” ou quelque chose de ce genre, du moins. En tout cas, je suis et je resterai une disciple d’Albert Schweitzer.

Mon travail au sein du GASS ou Groupe Albert Schweitzer Solidaire pour le compte de la famille du travailleur portugais décédé m’a permis de faire la connaissance d’un jeune Népalais, ce qui ouvre de nouvelles perspectives de travail, lorsque le projet des chaussons sera terminé. Car il était toujours clair pour moi que je ne trahirai pas mes engagements, mais si mes homologues partenaires en Afrique m’abandonnent, ne coopèrent pas, alors je ne serai plus tenue par mes engagements. Nous, les hyperphrènes ou surdoués, nous avons très peu d’amis, mais ils doivent être d’une grande qualité et intensité sinon ce ne sont pas des amis, juste des connaissances plus ou moins bonnes.

Le A s'ouvre à l'AsieLa partie Europe de notre association a également un nouveau projet, il s’agit d’un nouveau type d’énergie renouvelable développée notamment par un professeur allemand du nom de Prof. Dr. Claus W. Turtur. L’association de fait, donc non encore enregistrée, s’appelle LADER France, ce qui signifie Les Amis des Energies Renouvelables. En cliquant sur le lien, vous pouvez vous abonner à la lettre d’infos.

Mon nouveau partenaire de travail s’appelle Kamal. Nous nous entendons bien et pouvons bien fonctionner ensemble. D’une certaine manière, c’est très curieux que les gens qui fonctionnent bien avec moi sont tous des étrangers, mais d’une autre, je le comprends aisément, car j’ai l’esprit très ouvert, j’aime découvrir de nouvelles cultures, ce qui englobe également de nouveaux plats. C’est une bonne chose que Kamal sache également cuisiner. Peut-être pourrons-nous faire une garden-party franco-sahélo-népalaise quand les températures seront à nouveaux un peu plus agréables. Bienvenue dans notre ronde, Kamal.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.