Des dons, nous avons besoin de dons

Ceux qui nous suivent régulièrement savent que nous sommes une petite association qui travaille sur certains dossiers avec certains sympathisants comme avec des tricoteuses pour le projet des chaussons. Et il n’y a pas que les dossiers africains, il y a aussi les dossiers européens comme ceux traités par le GASS ou Groupe Albert Schweitzer Solidaire. Il faut constamment se battre pour avoir quelques sous parce que plus personne n’a le réflexe de financer le social par des dons. Ils préfèrent donner leurs sous à l’État qui finance les armateurs qui fabriquent des armes pour tuer. Je pourrais être directrice salariée de cette association, si les gens n’étaient pas égoïstes, si le monde autour de moi avait un esprit d’entraide, s’ils partageaient.

Je suis revenue en France en 2002 avec cette association qui existait depuis 1999 en Allemagne, à Mannheim. L’Alsace a fait de moi une mendiante, juste parce que je suis les traces de Dr. Albert Schweitzer. Mes lecteurs trouvent cela visiblement normal, moi pas.

64-Une tombola pour le containerL’entraide, cela ne veut plus rien dire de nos jours. Les plus faibles sont détruits par l’argent et le mépris. Et notre association fait partie des plus faibles, car les autres associations qui travaillent sur le même pays, voire sur la même région sont incapables ou ne veulent simplement pas coopérer. Chacun pour soi, ce n’est pas ainsi que j’imagine la vie, ni ainsi que le monde peut bien fonctionner. Je n’arrête pas de dire que seule, je ne peux rien faire, ou si peu en comparaison à ce que l’on peut faire lorsque l’on travaille ensemble pour rendre le monde meilleur, mais qui m’écoute vraiment? Qui a encore un esprit de partage aujourd’hui? Il y avait un bouton de don paypal sur chaque ancien blog, celui de ICEA et celui du GASS, pas un seul euro n’est entré. Alors comment voulez-vous que les choses avancent?

Alors que faire? Attaquer une banque? Je n’ai plus d’idées, du moins pas aujourd’hui, et pas l’envie non plus de devoir constamment supplier, chercher, demander. Donc, on fait ce qu’on peut.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.